Contact

mardi 24 novembre 2009

Fessée scolaire : Madame M épisode 1

Je suis en CE1, elle est notre institutrice. Le contexte est celui d'une petite école rurale dans les années 70. Il y a bientôt un siècle que les règlements de l'éducation nationale interdise les châtiments corporels, et ils commencent à se faire plutôt rare. Le bonnet d'âne et autres ont disparus aussi depuis quelques années. Mais la fessée est toujours là. Rare. Avec cette jeune personne la fessée est une menace constante, et parfois réellement cuisante et humiliante.

Il ne se passe pas une journée sans que l'un d'entre nous en soit menacé. Mais élégamment, avec le sourire, de façon très naturelle. Je devais retrouver ce même sourire, doublée d’une litanie de menaces, bien plus tard, dans un tout autre lieu, avec un capitaine d’un peloton d’instruction militaire. J’appris par la suite, que ce capitaine était le frère de cette institutrice. Quelle famille.

C’était toujours le même rituel, l’enfant au tableau se prenait pour la moindre peccadille un joli sermon, ajouté de bien des interrogations quand à la fessée, déculottée naturellement qu’il risquait et qui n’allait pas tarder. Je me souviens de la pauvre Corinne, un peu forte, appelée pour un exercice de math au tableau. Hésitante elle fut stimulée par une série de remarques ciblées, dont la plus marquante fut celle relative aux risques encourues par sa généreuse paire de fesses : « ses fesses sont bien grasses, mais une bonne fessée cul nu devrait bien y claquer, tu ne penses pas ? ». Remarque qui eue en effet très stimulant pour cette futur basketteuse.

2 commentaires:

  1. très jolis récit mais aussi blessant pour l'élève concernée

    RépondreSupprimer
  2. J'avais 10 ans à cette époque et j'étais en classe de CM2
    Ce jour là , la maitresse m'avait puni de récréation pour avoir parlé à mon voisin durant la leçon de grammaire
    Mes camarades vont en récréation à 10h accompagnés de la maitresse et j'en profite pour aller fouiller dans les tiroirs du bureau de ma maitresse et j'y trouve une enveloppe pleine d'argent que je dérobe et mets dans mon cartable
    15 mn plus tard la maitresse revient avec mes camarades
    Elle s'installe à son bureau et je la vois ouvrir le tiroir de son bureau
    Je suis pris d'une angoisse . La maitresse s'aperçoit que l'enveloppe n'y est plus et soudain elle se lève et vient vers moi et m'interpelle :" peux tu te lever Jean-Philippe que j'inspecte le contenu de ta case !"
    Je m'exécute et la maitresse regarde ma case puis ouvre mon cartable et je me mets à rougir jusqu'aux oreilles
    "Qu'est-ce que fait cette enveloppe dans ton cartable ?"
    Je me mets à pleurer
    La maitresse prend l'enveloppe puis me prend par la main et m'amène sur l'estrade puis prend sa chaise de bureu et l'installe au milieu de l'estrade s'assied et sans dire un mot commence à me déculotter
    Je me laisse faire sachant que la maitresse va me punir pour mon vol et j'ai mérité une bonne fessée
    Mis cul nu en quelques secondes la maitresse me prend sur ses genoux et claque mon derrière
    Je ne tarde pas à crier et pleurer à chaudes larmes mais trois claques plus virulentes me coupent la respiration et j'éclate en sanglots devant tous mes camarades de classe
    La maitresse me relève et me fait la morale et me dit qu'elle va mettre un mot dans mon carnet pour mes parents
    je sais à cet instant que je recevrai une seconde fessée pour avoir volé l'enveloppe de la maitresse
    A cette époque , les fessées étaient courantes dans les écoles et je regrette qu'il n'en soit pas ainsi aujourd'hui car certains gamins mériteraient d'etre fessés par leur institutrice pour leur comportement insolent en classe

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails