Contact

dimanche 20 mars 2011

Des paroles aux actes 5

Ce jour là, mon existence simple d'écolier avait basculé pour quelques minutes d'inattention. Madame M. m'avait déjà fortement tancé, longuement menacé de me claquer les fesses à nu, comme hésitante. Mais lorque maman vint me chercher elle ne put tenir sa langue.

Le dialogue entre les deux femmes, toutes deux maman, fut déjà pénible pour moi. Je me revis, quelques heures plus tôt, devant Madame M., presque les larmes aux yeux, les joues rouges de honte, serrant mes petites fesses en anticipant une très possible fessée. Allait-elle me fesser devant la classe ou derrière son bureau ?

Ces questions sur la discipline maternelle furent également pénibles à vivre provoquant curiosité, interrogations et petits rires dans la classe. Madame M. avait cette habitude de nous faire parler de ce que nous préférions évidement garder secret. Je me revis guetter ces mains, quand allaient-telles entamé un dé-culottage en règle ?

Je revis mon soulagement et une forme de gratitude quand elle me fixa intensément, pour juste conclure : "repars à ta place, va".

De tout cela, de mon inattention suivi d'un travail très bâclé, de la fessée à laquelle j'avais finalement échappé, d'extrême justesse, précisa-t-elle, et... pour la dernière fois, tout ceci Madame M. en fit la fidèle retranscription à maman qui écoutait tout en se crispant et en me considérant avec sévérité. Mal se comporter à l'école était une des transgressions interdites, et maman fut toujours intransigeante sur ce point, que ce soient avec moi ou mes sœurs.

Maman assura Madame M. qu'effectivement, la bonne vieille fessée était la meilleure méthode et qu'elle n'avait plus à tergiverser avec moi. Quand à moi, je fus clairement avertis, que je pouvais préparer mes fesses. Ce qui arracha un sourire amusé à Madame M. Il fallut encore récupérer mes sœurs, toute deux furent avertis de mon comportement, et des suites cuisantes qu'elle comptait lui donner.

1 commentaire:

Related Posts with Thumbnails