Contact

mercredi 30 mars 2011

Ni pas assez forte, ni trop courte

« Je travaille sur la maltraitance infantile avec la reine des Belges, mais là c'est différent quand un enfant est odieux, une bonne fessée, ni trop forte ni trop longue, ne lui fait pas de mal ».

Ainsi parla Madame Bernadette Chirac, en réponse à un projet de loi sur la suppression de la fessée.

J'ai l'air de présenter ma maman comme un dragon à la main leste. Il m'en était pourtant rien. Certes elle était adpete de la punition, c'est à dire de la fessée dans son esprit. C'était douloureux, épuisant, mais c'était bref comparé à d'autres punitions possibles, sur un fond de tant de tendresse. Et c'était cohérent : jamais de faiblesse, quand à ces principes, jamais de bonnes surprises, et dans le doute, pas de fessée non plus d'ailleurs !

Simplement elle avait un projet éducatif, accessoire quand à l'amour qu'elle portait et porte toujours à ces enfants et SA méthode pour y parvenir. Pour elle la fessée ne faisait pas de mal, mais ne devait ni être pas assez forte, ni être trop courte.

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. tout à fait d' accord avec Mme Chirac rien ne vaut une bonne fessée

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, j'ai creé mon blog de fessées,il s'appelle
    http//mapetiteenfance.unblog.fr

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails