Contact

jeudi 30 juillet 2009

En viste chez une cousine


En visite, chez une cousine de ma mère, il m'arriva de voir traîner un martinet, d'assister à une punition de la fille de la dite cousine. Devant nous, celle-ci empoignait sa gosse, la courbait sous son bras ou la couchait en travers de ses genoux, levait ses jupes, tapait sur le fond de sa culotte de coton blanc.


Une fois, j'avais onze ans et ma jeune cousine également, maman m'avait laissé pour se rendre dans les magasins pour me reprendre en fin d'après-midi. Nicole, ayant commis quelque bêtises, sa mère l'allongea à plat ventre sur ses genoux. Selon le rituel habituel, elle releva la jupe et la combinaison de Nicole


Son geste démasqua le derrière. Malgré moi, je regardais la scène. Mais au lieu de frapper la lune rebondie, la correctrice attrapa l'élastique retenant à la taille la culotte et la baissa d'un coup sec. Médusé, je vis les fesses nues peureusement serrées. Nicole poussa un cri. Sans y prendre garde la maman leva son joli bras potelé laissé nu par la robe sans manches ce qui me démasqua les poils soyeux ornant l'aisselle et l'abattit, frappant en plein milieu du derrière, la paume sur la fesse gauche et les doigts sur la fesse droite.

Ma cousine, l'air sévère, claqua en cadence la croupe de sa fille. Les unes après les autres, les gifles se succédaient, fouaillaient la chair, coloraient peu à peu, l'épiderme fessier, le rosissant, le rougissant, l'empourprant.

Bientôt Nicole se tortilla, trémoussa son postérieur, agita ses jambes, les croisant ou les ouvrant sans se soucier de me monter sa tirelire. La maman la tenait fermement; d'une voix sèche, elle la grondait pour ses contorsions, et d'une main sèche elle lui claquait le popotin. Au fond de moi, je plaignais ma cousine et respirai, quand sa mère la délivra. Nicole, debout, se massa énergiquement le joufflu, remonta sa culotte, se sauva dans sa chambre. Interdit, je restai sur ma chaise.


Ma cousine m'appela. A pas comptés, je la rejoignis. Elle me prit les mains,m'attira contre elle, me fixa droit das les yeux.

- Mon petit Laurent, dit-elle d'une voix douce, tu es aussi coupable que Nicole…ne l'as-tu pas poussé à fauter ?…Toi aussi, tu mériterais une petite fessée !

- Oh ! Christine !

- Mais si.

Tenant mes poignets serrés dans sa main gauche, elle commença à dézippera mon pantalon. Me le baissa et m'empoigna les fesses. Je cherchai à me dégager. Christine écarta ses genoux, tira sur mes bras, m'inclina en avant à demi couché contre sa cuisse gauche. Lâchant mes poignets, sa main mesura la surface à fesser. Mort de honte, je sentis l'air frapper mes cuisses nues. Pesant de son bras sur mon dos, elle porta son autre main à la ceinture de mon slip, en saisit l'élastique. Je me démenais, mais sa volonté me domina ; d'un coup sec mon petit slip glissa le long de mes hanches. Mes fesses me parurent jaillir de leur enveloppe. Bref, j'étais déculotté, et en bonne position pour recevoir la fessée. Dans le silence de la pièce, venant de l'étage supérieur, j'entendais les sanglots de Nicole. je frissonnais.


- Tu trembles, plaisanta Christine, tu as peur, à l'idée de la fessée ?

- Oui…bégayai-je sottement.

- J'ai pourtant bien envie de corriger cet arrogant derrière …de le rougir…

tout en parlant, elle me palpait les fesses, les caressait, les pinçait. une confusion indicible m'envahissait, sans parler de la peur du châtiment.


Durant un long moment, ou qui me sembla tel, Christine me menaça. Puis, enfin, se décidant, me fessa pour de bon. D'abord légèrement, puis de plus en plus fort, de vraies claques bien espacées.


- tiens, tiens, tiens ! ….PAN PAN PAN…..tu seras sage !….PAN PAN PAN….


Je gigotais, j'avais mal, me mit à pleurer.


Elle s'arrêta, me consola et j'oubliai mon chagrin.

11 commentaires:

  1. Jolie improvisation pour une première livraison... On espère une suite et bien d'autres contributions à ce sujet "rougissant".
    Je crois que la cousine, honteuse d'avoir dû montrer sa lune exposée sur les genoux maternels n'aura pas été mécontente que le même traitement ait été appliqué à son cousin.

    RépondreSupprimer
  2. pour rester chez les cousines je me rappelle d'un sale moment passé chez ma tante ! en vacance chez ma tante j'avais moi et mes deux cousines l'interdiction absolue de descendre a la cave .bien sur cette interdiction me tourmentait et un après-midi je decidai tout simplement denfermer mes cousines par surprise dans leur chambre et d'explorer la cave . je descendai dans le noir absolu cherchant l'interrupteur mais ce qui devait arriver arriva et je degringolai entrainant dans ma chute des casiers de bouteilles ! j'etais sousnle choc quand la lumière jaillit et je vis avec effroi plusieurs bouteilles de bon vin fracassées sur le sol. ma tante revenu plus tot que prévu descendai en criant et vociférant. elle estima rapidement la casse et me prenant par l'oreille me fit monter les escalier a toute vitesse. mes cousines étaient là l'air innocent et ma tante leur ordona d'aller ss'asseoir sur le bord de leur lit. elle montèrent s'executer suivi de peu par ma tante qui me trainait toujours par l'oreille .arrivé la haut elle saisit un fauteuil qu'elle plaça a coté du lit.j'étais déja résigné a la fessée quand elle entreprit de me déculoter baissant mon short ma culotte et otant mon tea shirt.mais elle augmenta ma honte en me laissant debout nu tiré toujours par l'oreille juste devant mes deux cousines en me grondant! je fus ensuite allongé sur ses genoux et la fessée commença.je pleurai vite et gemissait mais ma correctrice ne s'aamadouait pas. au contraire elle demanda aux filles d'aller chercher leur savates respectives. je redoublait de honte craignant d'etr fessé^par mes propres cousines mais ma tante qui les corrigeait aussi parfois n'alla pas jusque là et c'est elle qui me fessa.je du quand meme demeander "pardon laura" après chaque claque de sa pantoufle et idem pour sandrine!!la fessait se prolongeat et ma tante savait jouer avec me faisant croire ala fin puis redoublant les coups.elle dit aux filles de descendre manger puis m'ordonna de copier 1OO fois pour le lendemain "je ne désobéirai plus sous peine d'une bonne correction ".je me relevai en pleurs et me reculotai bien vite. ce fut sans doute une autre erreur! elle me deculota de nouveau m'enlevant meme la culotte et me fis descendre . c'est ainsi que je passai le diner a genou au coin de la salle a manger fesse a l'air les mains sur la tete pendant que j'entendai les fourchettes et cuillères de ma tante et mes cousines. elle me promit de corriger mon insolence^pendant mes vacances tout comme a mes cousines et me dit que meme si mes parents ne pratiquaient pas la fessée ma mère ne lui en voudrait surement pas! je ne reçu que deux autres fessées durant quinze jours mais elle m'offrit quand meme un martinet a noel et les prochaines vacances furent beaucoup moins marantes d'autant plus qu'en cas d'absence de ma tante ma cousine ainée avait tout loisirs de me punir ce dont elle ne se priva pas....!!

    RépondreSupprimer
  3. c'est bizarre que dans plusieur famille ont retrouve souvent un ou deux cousines ayant suibit les même vélinies. Nois étions à la ferme de mes cousine et travaillait aux foin,Milieu d'après midi petite pause,nous disdution de choses et d'autre et le sujet de la fessée arrive sur la table.Je dis à mes cousine montré moi vos fesses. Si tu te les montre en premier nous allons de les montrées. Je m'exécute à quatre pattes et je leur montre mes fesse, une me saute dessus et l'autre commence à me tapper le derrière Aie c'est pas dr`le pantoute Pout si et tappais de plus en plus fort avec une petite branche >Safais mal arrèté ça les cousine ce net pas un jeu Pour si
    j'avais les cuisses et les fesses très roude et légèrement zébré, ont t'a bien eu cousin tu pensais qu'on allas te montré notre beau petit cul juste de même va falloir que tu le mérite notre derrière, je me flattais les fesses en pleurant, et leur dit j'aurai bien ma revanche...

    RépondreSupprimer
  4. je me souviens encore dans les années 70 on etait en culottes courtes et blouses en nylon meme au college et si on avait de mauvaises notes à l'école ou si on faisait l'imbécile à la maison nos meres decrochaient le martinet avec ses épaises lanières en cuir et woosch schlack nos fesses et derrières brulaient et meme striés par les lanières au point qu'au bout d'un moment on avait meme du mal à s'asseoir et en plus les voisines se vantaient à qui avait le martinet qui faisait le plus mal ,et je me souviens qu'une fois j'ai mal répondu à la voisine et ma mere l'a entendue et m'a attrapé par mes bretelles à pinces sous ma blouse et m'a déculotté dans le couloir devant la voisine en disant je vais aller chercher ton "copain" ah tu l'aimes bien ton copain ( mon copain c'était le martinet avec ses 16 solides lanières en cuir) et la fessée commença interminable ,au début ça me brulait ensuite ça me faisait vraiment mal je pleurais et bougeait et ça énervait ma mere qui fouettait encore plus fort et que meme 1 ou 2 lanières se sont décrochées du manche puis j'ai du demandé pardon et toujours cul nu j'ai du me mettre au coin les mains sur la tete 30mn ensuite c'était les devoirs à faire et la aussi ma mere les surveillaient elle aussi en longue blouse en nylon avec un tablier à bavette audessus et son maudit martinet dans sa main elle revint au bout d'un moment pour me dire j'éspère que tu as appris la politesse aujourd'hui et de toute façon justement la voisine m'a conseillée de racheter un nouveau martinet "fabriqué chez le cordornier du coin et qui sont plus solide et ou les lanières ne se détachent pas ,comme ça tu auras 2 copains me dit-elle en rigolant,et posa le martinet sur la table basse du salon et me dit je te laisse faire tes devoirs avec ton copain . Et le lendemain au retour de l'école il y avait en effet " un 2eme copain sur la table bassz avec un manche plus gros et avec que 10 lanières (mais quelles lanières au moins 5mm carées et plus longues) j'en ai profité pour toucher les lanières et me dit oh la la elles sont bien plus épaisses que l'autre! et j'entendis ma mere arriver et je me suis repis à mes devoirs ,puis des amis à nous sont arrivés dans le salon et ont constatés les 2 martinets sur la table basse et ma mere leur a expliqué que c'était mes 2 copains et l'amie se ma mere a repondue ,oh mais moi aussi j'utilise le martinet sur mes garçons il n'y a que comme ça qu'ils comprennet et elle l'a meme felicitée de son nouveau achat . Enfin cela à duré jusqu'a mes 15 ans ensuite "les 2 copains ont servis à mes autres freres et souers.

    RépondreSupprimer
  5. suite a la discussion de ce monsieur ,nous les filles c'était la meme chose aussi pour nous a cette epoque 60/70non seulement nos meres nous cinglait les fesses avec le martinet mais en plus du matin au soir on avait la blouse en nylon sur le dos toute la journee et meme a l'age de 15 ans du fait que j'etais un peu forte ma mere m'a achete un corset avec jartelles et bas que j'ai du porter en plus de mes blouses en nylon et ca 7 jours sur 7,et lorsque j'ai rouspetée ma mere m'a dit de tute facon a ton age moi aussi je racevias du martinet et poi aussi j'ai portée blouse,corset et bas et arrete de me repondre sinon je vais te stier tes fesses avec le martinet,je ne supporterai pas que ma fille me reponde ici c'est moi qui commande ,et j'ai vu qu'elle commencait a s'enerver dond je me suis fait tout petite ,car ma mere etait une femme grande et forte et ses coups de martinets elle le donnais a toute volee au point qu'un jour j'ai trajnée un peu en revenant de l'ecole et donc je suis arrivee en retard,car a l'epoque les filles ne trainait pas dehors dans les rues ,en fait je n'avais pas le droit de sortir seule !.donc lorsque je suis arrivée a notre maison ,j'ai sonnée ,ma mere m'a ouverte la porte et m'a dit tu montes tout de suite dans ta chambre et tu te deshabilles ,j'ai dond posee ma sacoche et comme il m'a fallu du temps pour enlever tout mon attirail sur ,blouse,vetements ,corset et bas ,lorsque ma mere est montée ,elle etait folle de rage quoi tu n'as pas encore finie! et elle me poussa violament sur le lit j'etais deshabillée sauf mon corset avec ses jartelles pendantes et sans prevenir j'entendis un sifflement puis chlak et encore chlak ,et cela a dure 5 mn j'ai pleurée et suppliée ma mere d'arreter son martinet ,mais elle n'a pas arretée au contraire elle levait encore plus haut som martinet,ah non me dit elle tu as vu l'heure ma fille quitte a casser toutes les lanieres et ensuite le manche ,tu vas voir si je vais m'arreter,crois moi tu vas comprendre qui commande ici!.
    la punition terminée elle me dit tu te mets en pyjama et ta blouse au dessus et tu descends faire tes devoirs ,ensiute au lit et pas de televisio pendant 1 semaine .J'ai ete elevee comme ca jusqu'a mes 17 ans et vous pouvez me croire que j'ai bien apprise la politesse

    RépondreSupprimer
  6. On était dans les années 70 et mes parents travaillait tous les deux,donc en attendant qu'ils entrent à la maison je devais aller chez la voisine qui avait 7 enfants ,c'était une femme grande et forte,et toujours en longue blouse en nylon jaune et son martinet dans une de ses poches de blouse.Dès que j'arrivais,la voisine me faisait entrer dans la cuisine pour y faire mes devoirs ,moi aussi en blouse en nylo bleu foncé boutonée sur le coté ,et je devais la garder jusqu'a l'arrivée de mes parents ,(ma mere voulait que je sois toujours en blouse en nylon)! mais j'avais du mal à faire mes devoirs à cause des enfants de la voisine,franchement ils n'arretaient pas de se quereller,et pourtant la voisine leur en donnait du martinet,et en plus elle avait une grosse voix,,donc sa voix plus les claquements du martinet sur les fesses de ses enfants,il fallait s'accrocher.En plus j'avoue qu'à l'époque j'avais peur,et ne disait rien ,car ma mere avait dit à la voisine si denis n'est pas sage utilisez votre martinet!,(et vu avec la force qu'elle le donnait je ne tenais pas à y gouter à son martinet,(en fait elle l'avait toujours à la main et meme dehors dans la rue elle fouettait ses enfants ,meme qu'une fois ma mere lui a demandée ,mais vous devez en utiliser des martinets,et j'ai entendue qu'elle rèpondit a ma mere ,ah que non,meme a force de donner du martinet à mes enfants enragés!(ce qui était vrai car ils étaient fouettés du matin au soir et apparament ça ne les calmait pas pour autant!).maintenant j'ai trouvée la combine,lorsqu'il n'y a plus de lanières ,je ne rachete plus de nouveau martinet,je conserve le manche et je remplace les lanières de cuir avec des lanières en balatum que je coupe moi-meme et ensuite je les cloue au manche ,ensuite du collant noir à l'endroit des clous et il est prete à entrer en action,et je les coup a 1cm de large et 40cm de long ,et ça fait mal des lanières en balatum plus que du cuir,essayer un jour,ma mere repondit merçi pour l'astuce,moi quand j'ai entendu ça ,je me suis dit "ah bravo pour la bonne idée des lanières enn balatum!..Et malheureusement un jour que je n'avais pas école ,mais toujours en blouse en nylon quand meme et en culottes courtes tenues par des bretelles à clips toujours bien tendues,de nouveau ,étant chez la voisine deux de ses enfants on cassé 6 verres sur la table de cuisine,et comme d'habitude leur mere est arrivée martinet lanières deployées en l'air et commença la fouettée à toute volée et entre les coups un des enfants (pour se dédouaner) a dit a sa mere mais denis nous a possé ,et la tout de suite j'ai rèpondu ,mais madame c'est pas vrai,la voisine me dit ,ce n'est pas bien de mentir ,quand j'aurai finie avec ces deux la ,ça sera ton tour ,alors prépare-toi et remponte ta blouse bien haut,et figé de peur je me suis executé,car meme à 13 ans je ne faisait pas le poids!,ayant finie avec ses enfants elle se tourna vers moi et dit ,"bien abaisse toi en avant" parceque tu es un peu plus grand que mes enfants et si tu bouges au si tu mets les mains devant on recommence à zero,allez,dit-elle puis aussitot,chlak,chlak,et elle n'y alla pas de main morte,je pleurais car ses lanières en balatum me faisaient tres mal sur mes fesses,et je peux vous dire que c'était vrai!,et plus je pleurais plus elle continuait ,et je me souviens de ce jour :,puis après une quinzaine de coups elle s'arreta et me dit avec sa grosse voix "baisse ta blouse et assieds toi,et je pleurais encore ,ah! me dit-elle tu verras dans une demi-heure tu ne sentira plus rien ,les lanières ça marque mais c'est sans danger ,et ta mere sera mise au courant de ce que tu as fait ,alors la prochaine fois ne ments plus,et comme ça tu porras dire à ta mere que c'est bon des lanières en balatum,!

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de tomber sur ce blog ou on parle de fessés et surtout au martinet,et quand je repense à toutes ces décenies rhythmées par le martinet et qui étaient donnée par nos meres,ça me rapelle des souvenirs cinglants en effet! nous étions 3 garçons et 3 filles dans les années 70,et agés entre 4 ans jusqu'a 14 ans,bien entendu nous étions tous en blouses en nylon,bleu roi pour nous les garçons et roses pour mes soeurs ,quant à toutes les mamans elles aussi étaient en permananace en longues blouses en nylon jaunes,oranges,ou blanches,et certaines en plus mettaient au dessus de leurs blouses en nylon comme notre mere des tabliers avec bavette et bretelles croisées dos (pour ne pas salir leur blouse),Du fait qu'on habitait à la campagne on avait de la place pour courir et jouer,après l'école,et bien entendu comme on était 6 enfants souvent ça dégènèrait un peu et ma mere lorsqu'elle entendait ça elle ouvrait la fenetre en disant maintenant vous vous calmez sinon je sors avec le martinet,et comme de bien entendu ça continuait ,mais au bout d'un moment maman arrivait avec le martinet à la main et certains et certaines étaient "cinglés (ées) sur les fesses,quant aux plus grands voyant maman avec son martinet on se sauvait,mais c'était partie remise,car notre mere disait " ce n'est pas grave,il va falloir que vous rentrez à la maison donc je vais pas m'amuser à vous courir après donc en entrant vous aurez du martinet! (et elle tenait parole! et ceux et celles qui ne l'avait pas reçus (ues) en entrant chacun à son tour avait une bonne fessée au martinet ,mais la c'était culotte baissée,ou jupe relevée!,et comme disait notre mère sur la peau nue les lanières en cuir du martinet fesaient bien plus mal,mais c'était comme ça à l'époque car on voyait chez les voisins les autres mamans meme fesser leurs enfants avec leurs martinets dehors aussi et que de pleurs!,meme des fois en revenant de l'école on voyait les voisines et notre mere dehors en train de discuter toutes en blouses en nylon et leurs martinets dans la main,à l'époque on aurait dit que cela aurait parut anormal si elles n'étaient pas en blouse en nylon et leurs martinets à la main! Et dans le village ou l'on habitait à l'école les parents avaient eu une réunion avec la nouvelle maitresse d'école et entre autre il avait été convenu que la maitresse pouvait elle aussi nous fesser au martinet à l'école,(meme que tous les parents à l'époque se sont tous "cotisés" pour offrir une superbe longue blouse blanche en nylon boutonée dos + un nouveau martinet pour la jeune maitresse,elle devait avoir 21 ou 22 ans pas plus,et en effet des qu'elle ses fonctions elle mettait sa blouse blanche en nylon (et demandait aà un ou une éleve à tour de role de lui boutoner ses boutons au dos et ensuite de lui amener son nouveau martinet qu'elle a mis dans sa poche de blouse,et malgré le fait que c'était une jeune et tres belle femme,yeuw bleus et de longs cheveux blonds arrivant dans le dos audesssus sa blouse,nous les élèves on s'est dit ,bof elle nous fera rien et on aura le dessus ,et bien par manque de chance ça ne s'est pas passé comme ça ,elle a montré qu'elle avait du caractère et qu'elle savait manier le martinet,et ses coups sur les fesses fesaient très mal! souvent elle disait "qu'est ce que tu préfères 100 lignes ou 10 coups de martinet,et comme on était jeunes et peutetre un peu idiots et qu'on avait hate d'aller dehors jouer,on repondait 10 coups de martinet maitresse,donc nos fesses et nos postèrieurs étaient toujours bien "zebrés"!!mais à l'époque c'est vrai c'était comme ça et personne ne trouvait à redire

    RépondreSupprimer
  8. J'adore ce récit et j'aurais adoré être à la place de Laurent et de sa cousine.
    Je suis passionné par la fessée depuis très longtemps et n'ai reçu qu'une seule fessée en public de toute mon enfance en 1958.
    Mais ,, elle a conditionné très fortement mn désr lancinant d'en recevoir tout plein , uniquement de mains féminines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a 6 ans je vivais avec une compagne plus jeune que moi qui avait 3 filles agées de 21 ans 19 ans et 16 ans
      Ma compagne élevait sévèrement ses filles et leur donnait parfois une fessée
      Nous étions ce jour là en train de prendre le café dans le jardin et ma compagne et sa fille cadette se chamaillaient pour pas grand chose
      Etant très complice avec sa fille je pris sa défense et cela déplut fortement à ma compagne qui me dit :" Tu n'as pas à intervenir je suis sa maman et c'est moi qui l'éduque !"
      "Je te trouve trop sévère avec Lucie "
      " écoute , tu es très gentil mais tu me laisses gérer ma fille toute seule !"
      Vexé je rétorquai :" et tu comptes lui donner une fessée devant moi ?"
      "Non ! mais si tu continues à intervenir c'et toi que je vais fesser !"
      Cela m'excita et je répondis sans penser que ma compagne mettrait son avertissement à exécution
      " Tu n'oseras pas !"
      Soudain je vois ma compagne se lever et fondre sur moi m'attrape par le bras et commence à me déculotter devant ses 3 filles qui n'en reviennent pas
      Tout excité je me laisse faire et cul nu en 5 secondes ma compagne me penche et me prend sous son bras et claque mon derrière
      Je me retrouve tel un gamin de 10 ans fesses nues et pleurant et criant
      La fessée est magistrale et je me mets à sangloter
      Ma compagne me relève et me fait la morale devant ses filles
      Cela me rappelle les nombreuses fessées données par ma mère jusqu'à mes 16 ans

      Supprimer
  9. Je vient de decouvrir votre blog je suis regulierement fessee par ma maitresse ai 55ans malheusement elle va s en aller dans une autres région si quelqu un pourrait la remplacer habite â nice elenamichel06@gmail.com

    RépondreSupprimer
  10. @Christine Spaak, probablemnt, vu d'aujourd'hui. Mais je suis resté fidèle aux faits.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails